Olivier Paz, le leader du Team SNAFU Special
Maire de Merville-Franceville Plage, Président de l'association Franco-britannique qui gère le musée de la Batterie, il est le premier à entendre parler de l'avion. Dès lors qu'il reçoit les premières photos et que ses recherches sur l'histoire donnent des résultats inespérés, il est totalement habité par le Dakota 43-15073 et se dépense jour et nuit sans compter pour assurer son retour en Normandie. Il sera surnommé Ali Baba par ses compagnons en référence à un article paru en Bosnie dans lequel le Team SNAFU était dépeint comme une bande de voleurs.
 
 
   
Alan Edwards
Lieutenant-Colonel dans les Royal Engineers et parachutiste, Alan est également administrateur de la batterie de Merville et membre de l'Assault Airborne Normandy. Des membres du Team, c'est lui qui sera le premier à voir l'avion en juin 2007 à Rajlovac. Rompu aux questions de logistique, il assurera les contacts avec l'armée Allemande préalablement au départ et rejoindra l'équipe sur place pour les derniers jours durant lesquels il travaillera d'arrache pied. Surnommé S.T.G.M. (sa très gracieuse majesté) par quelques membres du Team.
 
 
   
Pierre Jeanson
Venu du monde de l'édition, Pierre a réalisé en 2006-2007 la nouvelle muséographie du musée de la Batterie de Merville avec le succès que l'on sait. Il adhère tout de suite au projet de rapatriement du Dakota et met à la disposition de l'Association Merville-Dakota ses compétences de photographe et  de graphiste. Durant l'expédition il prendra plus de 6.000 photos et près de sept heures de films en Haute définition. C'est ce qui amènera ses compagnons d'expédition à l'appeller "l'œil de Moscou". Les nombreuses anecdotes qui ont émaillé son séjour à Rajlovac ont depuis le retour été classées "secret défense".
 
 
   
Hans Combée
D'origine Hollandaise, Hans vit à Merville-Franceville depuis plusieurs années. Après avoir été Directeur Financier et Trésorerie Groupe (sans doute redoutable), il profite de la vie au rythme de sa bicyclette (hollandaise bien sûr). Il s'associe très tôt au projet et fait partie des Pathfinders qui voyageront avec le fourgon de matériel. Durant tout le séjour, sa connaissance de nombreuses langues et son ingéniosité pour trouver des solutions à tout et pour être au courant de tout l'ont fait surnommer "Huggy les bons tuyaux".
 
 
   
Sylvain Billion
Viticulteur dans l'Aisne, Sylvain a découvert la batterie de Merville à l'occasion d'un exercice de débarquement héliporté organisé sur la plage de Franceville par le 6ème régiment d'hélicoptère de combat dans lequel il était réserviste. Enthousiasmé par le projet et vivant dans l'angoisse que l'expédition ne se fasse au moment des vendanges, il se révèlera un travailleur acharné pour démonter l'avion. Aimant particulièrement être plongé dans les moteurs et couvert de cambouis, il travaillera sans relâche dans la bonne humeur pour parvenir au résultat espéré.
 
 
   
Jean Vergnes
Francevillais de longue date, ancien receveur des postes de la commune aujourd'hui en retraite, Jean s'enthousiasme pour le projet et devient le premier président de Merville-Dakota. Avant le départ (il sera lui aussi Pathfinder), il consacre beaucoup d'énergie à régler les questions de transport et de dédouanement. Sur place, il travaillera sans relâche, sa petite taille le prédisposant à pouvoir atteindre les recoins les plus reculés de l'avion. C'est ce qui lui vaudra le surnom de Passepartout.
 
 
   
Patrick Dagorn
Conjoint de la directrice du musée et bien qu'associé au projet dès le départ, Patrick a bien failli ne pas partir n'ayant pu à temps déplacer ses congés annuels. Il aurait été difficile à remplacer car Patrick se révèlera tout au long du séjour comme un monstre de travail, une boule d'énergie et une force de la nature. Ne renonçant jamais, sachant organiser son travail, Patrick aura néanmoins recours –froid oblige- à la petite topette d'Ali Baba pour réaliser quelques démonstrations de force. C'est tout naturellement que ses équipiers l'ont surnommé Rambo.
 
 
   
Jean-Pierre Legrand
Intégré à l'équipe moins d'un mois avant le départ, Jean-Pierre, jeune et dynamique retraité (selon la formule habituelle) se révèlera un rouage essentiel du Team SNAFU. Amoureux des avions, il apporte avec lui de solides connaissances de mécanique aéronautique et un enthousiasme de jeune homme. Lors du retour de l'appareil, il fera à la télévision une intervention médiatique très remarquée qui fait encore pleurer dans les chaumières et le désigne à l'avenir comme porte-parole du Team.
 
 
   
Jean-Pierre Liefhooghe
Maire adjoint de Chauny dans l'Aisne (nobody is perfect) mais ayant des attaches à Merville-Franceville, Jean-Pierre 1 est un spécialiste des transports spéciaux et des convois exceptionnels. A ce titre il s'est largement impliqué dans la préparation du transport. Ayant de bonnes connaissances en mécanique, il passera de longues heures courbé en deux dans le ventre de l'appareil pour désaccoupler câbles, durites et tringlerie. Sa petite toilette du matin lui vaudra l'amical surnom de "Mixa bébé".
 
 
   
Claude Robert
Professionnel de l'aéronautique, fana des avions anciens, Claude était la caution technique du Team, celui qui devait arriver sur place au moment critique de la séparation du fuselage et du plan central. D'un naturel pessimiste, il décrit un tableau apocalyptique de la situation lors de chaque réunion préparatoire. Sur place, il ne transige sur rien pour protéger l'intégrité de l'avion (qu'importe trois heures de boulot pourvu qu'on ait la vis…) et reçoit le surnom de Claude la chignole. L'expérimentation malheureuse (et douloureuse) d'un savon shampooing vendu sous le manteau par des Chinois voisins de la base et sans doute à base de soude caustique lui vaudra quelques heures le surnom de "crapaud livide".
 
 
   
Patrick Jumel
Employé municipal de la commune de Merville-Franceville, Patrick suit l'opération depuis le début. Il prendra sur ses jours de congés pour se joindre au Team et être l'un des trois Pathfinders. Particulièrement chargé de la réalisation des châssis de transport, il réalisera des charpentes parfaitement adaptées au convoyage des ailes et du plan central. Même si sa conduite (automobile bien sûr) dans Sarajevo a quelque peu laissé à désirer, il s'est avéré un élément indispensable de l'équipe.
 
 
   
Béatrice Guillaume
Seule femme du Team. Seul membre aussi de l'équipe à ne pas partir à Sarajevo. Même si elle en a ressenti un pincement de coeur, Béatrice a parfaitement compris qu'elle serait infiniment plus utile au SNAFU en restant en Normandie. Contact avec les familles américaines, relations avec les ambassades, contacts presse, formalités de convoi exceptionnel, compte rendu quotidien de l'expédition, Béatrice aura vraiment tout fait pour sauver le Dakota 43-15073.
 
© Merville Dakota 2007 - 2017