Mr. Zeljko KOMSIC, President of Bosnia-Herzegovina
Excellences,
Chers membres du Team S.N.A.F.U Spécial et leurs familles
Mesdames, Messieurs
Chers Amis

Après plus de soixante ans, le légendaire Dakota 43-15073 est de retour en Normandie. Il restera pour toujours chez nos hôtes et amis français à Merville, suite à une odyssée qui lie d’une façon durable les Etats-Unis d’Amérique, le Royaume Uni, la République Française, la République Tchèque, la Yougoslavie de Tito et l’Etat de Bosnie-Herzégovine Européenne.

Il représente le symbole d’une époque particulière, marquée par la lutte commune contre le fascisme mais aussi par des principes et des valeurs pour lesquels tous les antifascistes se battent encore activement aujourd’hui.

Je suis persuadé que nous serons tous d’accord pour dire que ce bel avion a enfin trouvé son meilleur foyer et qu’il se trouve entre les meilleures mains possibles.

Je profite de cette occasion pour remercier chaleureusement tous ceux qui ont rendu possible la sauvegarde pour les générations futures de ce symbole d’amitié.

Le débarquement des Alliés en juin 1944 a marqué le début de la fin d’une sombre période en Europe. Ainsi, a commencé la chute du nazisme et la victoire de la démocratie sur le totalitarisme. La Normandie a été le théâtre des combats les plus difficiles et avec un grand nombre de victimes a payé un lourd tribut dans cette partie de l’Europe. Au sud-est de cette même Europe, en Bosnie-Herzégovine, entre 1941 et 1945 se sont déroulées les plus grandes, les plus difficiles et décisives batailles contre les fascistes et leurs collaborateurs dans les Balkans. Dans ces batailles, les patriotes bosno-herzégoviniens ont porté le plus grand fardeau et ont apporté une contribution énorme à la victoire des partisans de Tito, à la chute du fascisme et à la libération du pays.

C’est pourquoi la Bosnie-Herzégovine et la France, et d’une façon particulière la Normandie, sont liées par un fier passé de la lutte pour les valeurs de la civilisation, passé durant lequel les patriotes de nos deux pays ont été du même côté et ont réussi avec succès un examen historique.

Chers amis,

Je formule le vœu qu’ici, et dans les autres endroits témoignant de la lutte commune contre le mal, nos concitoyens et surtout les jeunes qui prendront la relève de mémoire soient présents en grand nombre :

Je voudrais remercier le Maire de Merville-Franceville, Monsieur Olivier Paz pour son invitation à cette cérémonie, ainsi que les citoyens de cette belle ville pour leur chaleureuse hospitalité. Cela a été pour moi un grand plaisir d’avoir pu contribuer à la réalisation de ce projet commun et rencontrer ainsi des gens formidables. Je garderai le meilleur souvenir de cet évènement.

Pour conclure, permettez-moi de vous transmettre à tous, les salutations amicales des citoyens de Bosnie-Herzégovine ainsi que leurs meilleurs vœux.
Merci de votre attention.


Mr. Craig STAPLETON, Ambassador of the U.S.A.
M. Le Président,
M. Le Préfet,
Messieurs les Sénateurs,
Madame la Députée,
Messieurs les Généraux et officiers supérieurs,
M. Le Maire,
Messieurs les Ambassadeurs,
M. les anciens combattants, Vétérans américains avec nous en ce jour,
tous les membres des familles qui ont fait ce long voyage jusqu’à Merville,
chers Amis,

Il me tenait à cœur d’être parmi vous aujourd’hui pour célébrer le retour du « SNAFU Special » sur le sol français.

C’est une bien belle histoire que celle de cet avion qui se tient devant nous…Une histoire d’hommes, une histoire de solidarité et d’espoir.

Je pense que vous avez probablement tous appris ce que signifie ce surnom de SNAFU. Je ne saurais répéter les mots exacts devant une assemblée aussi distinguée mais en gros cela veut dire ; “c’est le chantier… comme d’habitude” . Sans aucun doute, les hommes qui ont nommé ainsi cet avion avaient un réel sens de l’humour.

Une chose que vous ne pouvez pas savoir et qui nous a été rapportée par l’un des vétérans qui vola sur cet avion, c’est que le SNAFU special, comme les huit autres avions de son escadrille, avait une boule de billard chiffre 8 peinte sur son nez. Se mettre ainsi derrière le “eight ball” signifie que l’on se trouve dans une situation dangereuse ou inconfortable. Et certainement les aviateurs pendant cette période de la guerre ont été bien souvent en position difficile. En peignant ce “eight ball” sur le nez de leurs avions, ces aviateurs utilisaient encore l’humour pour affronter le défi de voler dans les pires conditions.

Mais bien qu’il ait été derrière le “eight ball”, le SNAFU Special a survécu à la guerre, comme il a survécu au très long voyage qui l’a fait revenir de Bosnie-Herzégovine l’an dernier. Et je suis persuadé que l’esprit positif et l’humour affiché par son premier équipage a protégé l’avion durant toutes ces années, assurant ainsi sa survie.

Je salue la persévérance et la ténacité de l’équipe de Merville qui a permis ce retour. Votre habilité à trouver des alliés partout à travers le monde pour vous aider à réussir votre opération est un modèle de réussite diplomatique.
Je veux aussi rendre hommage à l’abnégation et au dévouement à leur patrie démontrée par les hommes qui ont volé sur le SNAFU special durant la guerre. C’est un très émouvant honneur pour moi de vous rencontrer aujourd’hui, vos familles et vous et de pouvoir vous dire personnellement merci pour ce que vous avez fait. Vos efforts d’il y a tant d’années sont encore très présents dans ce morceau de France et sont une raison significative aux fortes relations d’amitiés que les Etats-Unis entretiennent avec la France.
Je ne pouvais imaginer un lieu plus adéquat pour le SNAFU Special que celui où il se trouve désormais.
Je vous remercie tous pour la part que vous avez prise dans cette opération exaltante et je vous remercie de m’avoir permis de participer aujourd’hui à cette cérémonie.


Mr. Olivier PAZ, Mayor of Merville-Franceville
Mr. President of Bosnia-Herzegovina
Regional Prefect,
United States Ambassador,
Senators,
Madame the Deputy,
Field Officers,
Ladies and gentlemen, dear friends,

Welcome to each one of you on this historic site of the Battery of Merville, emblematic site of the allied paratroopers' landing.

THANK YOU. If I could only say one thing today, it would be these words!

Thank you to all the volunteers, more than a hundred who for over six months have worked, some daily, to offer their time, their energy and their skills to give back to this old iron bird her lost dignity.

Thank you to my companions of Team SNAFU who have accepted to live this exceptional adventure and have gone with me to Bosnia-Herzegovina to carry out the tenuous dismantling and the difficult transport of the SNAFU Special. Thank you also to the German Army and particularly to its military engineering unit stationed in Rajlovac last November which gave us decisive help.

Thank you to the American families, to the daughters of James Harper, the chief pilot of the aircraft, to Barbara Smaltz, widow of the co-pilot, to Chris Buckner son of the radio operator, all here present with us. We have found them after a difficult search which was much like a treasure hunt. Their unwavering support during difficult moments and their interventions with the American media have been key to the success of this effort.

Thank you 'Monsieur' the Regional Prefect for having accepted to preside over this ceremony marking the return of the Douglas 43-15073 in Normandy. Through you, I send my most sincere thanks to the French Administration which, because of the level of arms control regulation (a year ago the old Dak was still a second category weapon), as well as for exceptional convoys, made certain that all that was necessary became possible.

Thank you to the Diplomatic Corps, to you Mr. Ambassador of the United States in Paris, to your Consulate in Rennes, to Maryse Berniau, French Ambassador in Sarajevo, and her tremendous team that we called upon so often to help us, to Zeljana Zovko who was, at the time, the Bosnia-Herzegovina Ambassador to France and was our guardian angel during our stay in the Balkans.

Thank you to you, Mr. President of Bosnia-Herzegovina, for your presence today as promised, and for the gift of this airplane that your country has given to France. I know that you have been particularly sensitive to the remarkable historical journey of the 43-15073 and attentive to our wishes to see her comeback to Normandy. Your personal intervention in the 'presidence collegiale' decision of November 12th was determinant. Be assured of our most profound gratefulness.

Thank you also to all our veterans to whom this ceremony is principally dedicated. To our British veterans of the 9th Paratrooper Battalion who jumped during the nights of the 5th and 6th of June from Dakotas similar to this one. While welcoming today, this American airplane on this land which was nearly rendered British Territory by the blood shed upon it; they salute the immense war effort of the United States in 1944, and demonstrate their wishes to associate their comrades-in-arms of the Allied Nations in the homage which is rendered to them here.

Thank you for your presence and your support Air force Commodore Alastair Mackie, former pilot of Dakota in the RAF, who was almost shot down by flak while flying over Dieppe after having dropped his paratroopers on Normandy.

Thank you as well to Eugene Noble and to Henry Moreland, both former pilots of this aircraft and who will, in a few minutes and with understandably great emotion, find again their cockpit. In spite of their age and their fatigue, they have crossed the Atlantic to salute the old plane and find in her the memories of June 6th, 1944, which has, very fortunately, changed the face of the world.

Thank you finally to the Douglas 43-15073, the SNAFU Special, a robust and impertinent airplane, often threatened, many times condemned to disappear, always saved at the last minute, a mythic airplane if ever there was one, and which, barely 65 years old, will at last know a peaceful retirement in Normandy. Today, where we say that individualism is the rule and egoism is the norm, the Dakota 43-15073 has managed to awaken consciences, federate energies, and mobilize donors and volunteers by the hundreds. It has become a true history lesson and a reason to hope in mankind.

Thank you to each one of you who is present here to celebrate the return of the Dakota 43-15073 on Norman soil.

There are planes as there are humans, only a few emerge from the multitude and leave a name for posterity.
The SNAFU Special is one of them: you will enter into her legend!

Translated from French to English by Ilana Hoelzley

© Merville Dakota 2007 - 2017