DATES  

Aéroport de départ

Horaire

Aéroport d’arrivée

Horaire

Décalage

17/02/08

Paris CDG
Terminal 2A
 

12 H

Newark EWR
Terminal C

14h 50

- 6 h

18/02/08

Newark EWR
Terminal A
 

14 h

Charlotte

16h01

 

 

Charlotte
 

17h55

Fayetteville

18h45

- 6 h

20/02/08

Fayetteville
 

 9h35

Charlotte

10h29

 

 

Charlotte
 

11h30

Pittsburgh

13h02

- 6 h

22/02/08

Pittsburgh

11h20

Cincinnati
Terminal 3
 

12h25

 

 

Cincinnati
Terminal 3
 

13h35

Tulsa

14h48

- 6 h

24/02/08

Tulsa

10h45

Houston IAH
Terminal B
 

12h18

- 7 h

25/02/08

Houston IAH
Terminal C
 

11h15

San Francisco
Terminal 1

13h37

- 9 h

27/02/08

San Francisco
Terminal 1
 

15h25

Amsterdam

11 h

 

28/02/08

Amsterdam

12h10

Paris CDG
Terminal 2F

13h30

 

Après un merveilleux petit déjeuner à l'américaine mitonné par Betty, je pars pour Fayetteville (Caroline du Nord) avec une correspondance à Charlotte. J'arrive en soirée et suis accueillie chaleureusement par l'actuel Commander du 440th Airlift Wing, Colonel Merle D. Hart ainsi que par le Major Sylvie T. Keller, infirmière, et parlant Français. Pendant un rapide dîner dans un restaurant mexicain, nous faisons plus amples connaissance et le colonel Hart me remet la pièce de collection symbole du 440th. Je suis ensuite raccompagnée à mon hôtel de bonne heure car la journée de demain sera chargée. Je remets au Colonel Hart un morceau de bande d'écrous prisonniers que je lui avais décrit par mail et dont le team a besoin pour continuer la restauration du Snafu. Il me promet de s'en occuper rapidement.

  

7h45 : départ pour la Pope Military Base, un site énorme de 888 hectares. Le 440th Airlift Wing originellement basé à General Mitchell ARS à Milwaukee a déménagé pour la Base de Pope (Fayetteville) en juin dernier. Après une courte visite, nous arrivons sur la zone du 440th. Je suis présentée à l'Etat Major de l'unité et je fais une présentation en salle de conférence du sauvetage du 43-15073 par le team et de sa restauration en cours à l'aide du DVD que Pierre m'a préparé et du site internet.
Puis je fais la connaissance de Charles Everett Bullard surnommé "Little One", Chef d'Equipage au sein du 98th TCS lors du D-Day et des autres batailles majeures de 1944/45. Il est aussi "Commandant Honoraire du 440th" et a écrit récemment un livre sur son vécu dans l'U.S. Air Force "The Little One and his Guardian Angel" dont il m'offre un exemplaire dédicacé. Little One va nous accompagner toute la journée ainsi que Sylvie Keller.
Visite guidée par la conservatrice elle-même d'un premier musée sur la 82ème Airborne, avec des collections rares, puis déjeuner sur le pouce invités par le responsable du comité de soutien et de communication du 440th et en présence d'une autre personnalité politique membre de ce même comité. (Ce comité a totalement pris en charge mes frais de séjour à Fayetteville).
Rapide tour de la ville, visite de la mairie et des différents services municipaux au pas de charge, remise de la pièce de collection de la ville, puis nous repartons pour un second musée dans la ville basse consacré aux différentes unités Airborne où nous sommes accueillis par le conservateur. Magnifiques collections également et bien mises en valeur. Pendant la visite, j'ai pensé à vous tous, amis du Snafu : entre autres engins volants, ils ont exposé un C47 en parfait état de 1943, suspendu dans les airs, avec un parachutiste prêt à sauter dans l'encadrement de la porte cargo.
Le soir, dîner chez le Colonel au sein de sa famille et appels téléphoniques divers pour tenter de nous trouver des bandes d'écrous prisonniers et autre drapeau géant pour la cérémonie du 7 juin.

    

 
 
 
 

Départ de l'hôtel à 7h30 toujours en voiture officielle avec pour chauffeur le Colonel Hart. Après avoir fait enregistrer mes bagages à l'aéroport, Nous allons prendre un petit déjeuner typiquement américain au "Waffle" du coin. Les assiettes sont monstrueuses, mais je sais que je n'aurais pas le temps de déjeuner ce midi et je réussis à en manger à peu près le tiers.
Puis retour à l'aéroport et décollage pour Charlotte puis Pittsburgh. Là, Barbara Smaltz et Diane Stecik (sa voisine et membre "très actif" de la famille Snafu) m'attendent. Barbara est très émue. Je fais la connaissance de Mike, le mari de Diane ainsi que de Eleanor et Joan, les deux soeurs de Barbara. J'apprends qu'une longue journée m'attend le lendemain avec interview télévisée, presse écrite, cocktail dînatoire avec des personnalités tout cela organisé par Diane, déjeuner avec des amis de Barbara dont une dame qui était "inspectrice riveteuse" chez Douglas pendant la guerre. Le téléphone n'arrête pas de sonner. Un membre du conseil municipal qui me demande des détails et qui pense que le Maire va venir demain soir, une autre chaîne de télévision de l'état voisin (Ohio) qui veut venir ce soir après dîner pour faire une première annonce et demain soir pour le cocktail dînatoire. Un peu d'affolement et de fébrilité règnent ici.
Diane a peur d'être dépassée par les évènements. Elle a fabriqué une cinquantaine de cookies en forme de Snafu pour donner en souvenir aux personnes qui seront présentes à sa party demain, et commencera pendant la nuit à préparer des tonnes de nourritures. Nous partons dîner dans un restaurant italien, invités par Barbara puis retour à la maison (j'habite chez Diane et Mike). La journaliste de Channel 9 et son caméraman arrivent, interview de moi et Barbara, nous choisissons des photos de Don Smaltz, de l'avion, et ils repartent très vite faire le montage car cela doit passer au journal de 23h.
Je peux enfin me mettre à mon ordinateur pour vous donner quelques nouvelles et vous envoyer des photos des jours précédents.
La suite... probablement demain soir car je pars tôt demain matin pour Tulsa (si j'y parviens car la météo annonce neige et glace) !

Je suis toujours à Weirton et il était prévu que j'ai une journée chargée mais je ne savais pas qu'elle allait être si surprenante.
Ce matin, la chaîne de télévision Channel 7 est venue nous interviewer Barbara et moi à 10 h. Puis à 11h, c'était le tour d'un journaliste de la presse écrite que j'avais déjà eu au téléphone lors du retour du Team Snafu en Normandie et qui avait rédigé un article à ce moment là.
Ensuite nous avons déjeuné chez Barbara avec quelques amis dont une ancienne "riveteuse" qui avait 18 ans lorqu'elle travaillait chez Douglas pendant la guerre. Diner à 17h avec d'autres amis puis Cocktail dinatoire à 19h chez Diane qui avait fait faire un gâteau "SNAFU Special". Une quarantaine de personnes étaient présentes dont l'actuel Maire de Weirton (20 000 habitants), et son adjoint en charge de cet arrondissement, et d'autres V.I.P. de la ville. Ils ont écouté notre histoire, regardé le DVD entièrement et étaient vraiment impressionnés par le travail du Team SNAFU. Le Maire et son conseiller m'ont ensuite remis une proclamation dont je vous joins la copie, qui déclare la journée du 21 février 2008 comme le "Snafu Special Day" ainsi que la clé de la ville pour le Maire. D'autre part ils proposent de demander à leur Conseil Municipal lors de leur prochaine réunion que leur commune et Merville deviennent "Sisters Cities", c’est à dire jumelées. Grâce à cela, il sera possible d’obtenir du Gouvernement Américain par leur intermédiaire des financements pour la mise en valeur du SNAFU Special. Le Maire pense même envoyer un ou deux représentants pour les cérémonies de Juin.
De plus une des femmes d'affaires présentes a demandé devant tous très clairement des explications sur la façon dont avait été financée l'opération de retour en Normandie de l'avion. Elle s'est très clairement étonnée que nous n'ayons reçu aucun argent du Gouvernement américain et m'a dit qu'elle ne me promettait rien mais qu'elle allait essayer de nous obtenir quelque chose.
Je pars en principe demain matin très tôt pour Tulsa, si toutefois j’ai un avion car il neige cette nuit et du verglas est prévu pour demain matin.

  

Après une très longue journée perdue en attente dans les aéroports en raison des intempéries, je suis arrivée hier vers minuit chez Gene Noble, 87 ans, un des deux pilotes encore en vie du Snafu Special.
Nous avons aujourd'hui travaillé une grande partie de la journée à examiner des documents émanant du 440th TCG qu'il a conservés, à évoquer des anecdotes à propos des membres d'équipages du Snafu et de son vécu en tant que pilote. Puis Gene a pu identifier quelques uns des membres du 440th que nous avions en photos devant leur avion.
Dîner chez Mary, la fille de Gene. Bonne nouvelle, Gene accepte de venir avec deux de ses enfants et petits enfants aux cérémonies de Juin. Nous avons longuement téléphoné à Henry Moreland, l'autre pilote, 90 ans, qui lui aussi est décidé à faire ce long voyage.
 

Houston, Texas. Je fais la connaissance d'un Texan pur jus, Stetson sur la tête, écoutant Kenny Rodgers dans sa voiture, qui jure comme un cowboy en disant à chaque fois "excuse my French" (expression du cru signifiant "pardonnez mes grossièretés") et qui m'écrase les côtes en me serrant dans ses bras. Chris Buckner est extrêmement ému de me voir et pleure à chaudes larmes lorsque nous visionnons le DVD des photos préparé par Pierre. Il me parle bien sûr du vécu de son Père, puis m'emmène voir Hugh Rafferty, un opérateur radio du 99th TCS qui a vécu les mêmes batailles que les membres d'équipage du Snafu et qui a des souvenirs très précis sur les grandes batailles auxquelles le 441st et le 440th ont participé.
Enfin, nous nous arrêtons devant le cuirassé "Texas" qui a participé aux deux guerres et qui était au large des côtes normandes le 6 juin 1944.

    

Arrivée à l'aéroport de San Francisco dans l'après-midi, je prends ensuite un bus pour me rendre dans le Comté de Sonoma, le pays du vin. Je fais la connaissance de Sally Harper, ainsi que de sa soeur Suzie. Nous parlons longuement de la vie de James Harper, leur père, lequel au retour de la guerre, n'était plus le même homme. J'ai commencé à fouiller dans la mallette contenant ses papiers et j'espère trouver quelques éléments intéressants.

    

Continuant mes recherches dans les archives de James Harper, j'ai retrouvé ses "individual flights records" mois après mois, de 1943 à 1945. Nous retrouvons également des photos de James et de sa famille.
Je prends également contact avec un distributeur de quincaillerie aéronautique en Californie afin de nous faire livrer en France des bandes d'écrous prisonniers qu'attendent les hommes du Team et les bénévoles pour continuer à remonter l'avion.
Puis nous partons pour le vignoble "Château St Jean" où travaille Christy Harper et l'une de leurs demi-soeurs Caroll. Visite du Domaine et dégustation des vins, puis déjeuner dans un café en compagnie du journaliste Chris Smith qui avait déjà écrit un article dans le Press Democrate lors du retour de l'avion en Normandie.
Nous retournons en ville l'après-midi, et avons rendez-vous avec un autre journaliste, Nicolas Grizzle du Community Voice qui avait également rédigé un article en Décembre dernier. Après le dîner, je scanne quelques dernières photos avant de faire mes bagages.

Les journées de Mercredi et Jeudi seront consacrées principalement au voyage de retour. Je rentre avec des souvenirs plein la tête, de très nombreux contacts, des documents, photos et petites histoires inédites.
J'ai partout été reçue avec un excellent accueil, et nos amis américains sont impressionnés par l'intense travail fourni par les hommes du Team en Bosnie. Ils s'angoissent parfois un peu en réalisant le travail qui reste à accomplir d'ici Juin mais je les ai rassurés en leur parlant des nombreux bénévoles acharnés qui se sont joints à notre équipe.

© Merville Dakota 2007 - 2017